Appert le massicois !

Extrait "L'Heure du Peuple" n° 1518 du 17/03/2017

Le 7 mars 1955, la Poste-Télégraphe-Télécommunications émet un timbre en l'honneur de Nicolas Appert dans la série « inventeurs célèbres". ll s'agit de célébrer les 160 ans de son invention : « l'Appertisatlon », soit le procédé de mise en conserve des aliments.

En 1795, confiseur de son état, Nicolas Appert s'interroge sur les moyens d‘augmenter la durée de conservation des aliments. Il développe une méthode consistant à remplir à ras bord des bouteilles de verre, du type de celles destinées au champagne dont le verre épais résiste à la chaleur, à les fermer hermétiquement avec des bouchons de liège étanches puisa les faire chauffer dans un bain-marie bouillant. Les aliments sont ainsi débarrassés des germes, détruits parla chaleur et peuvent se conserver plusieurs mois. La première expérience tentée avec des petits pois est un succès : ceux provenant des conserves de Nicolas Appert sont même jugés meilleurs que les frais l En 1802, il crée à Massy la première fabrique de conserves au monde, où il emploie une dizaine, puis une cinquantaine d'ouvrières. En 1806 la marine française teste et adopte ses conserves qui lui permettent d'assurer le ravitaillement en aliments sains tout au long des voyages et lutter efficacement contre le scorbut.

Et lorsqu‘i| adresse au ministre de l'Intérieur, un courrier |'informant de sa découverte le ministre lui laisse le choix : soit prendre un brevet, soit offrir sa découverte à tous et recevoir un prix du gouvernement, à charge pour Appert de publier à ses frais le fruit de ses découvertes. Nicolas Appert opte pour la seconde solution, préférant faire profiter l'humanité de sa découverte plutôt que de s'enrichir. En juin 1810, Nicolas Appert publie à 6 000 exemplaires L'Art de conserver pendant plusieurs années toutes les substances animales et végétales. Dès juillet, toutes les préfectures en reçoivent, et diffusent |'information. La découverte dépasse les frontières de France et ` est rapidement copiée par les Britanniques qui lui décernent le titre de « bienfaiteur de l'humanité », tandis que Peter Durand, un français émigré en Angleterre dépose un brevet. Les bocaux en verre sont remplacés par des boites en fer-blanc, plus résistantes et le procédé se développe à travers le monde pour être repris par la marque Cambell en 1867. Et pourtant le procédé physique démontrant la destruction des germes parla chaleur n'est établi qu'en 1865 par Louis Pasteur, soit 60 ans après sa première mise en oeuvre.

Aigline de Causans

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau