Vous avez dit "Langues mortes ?"

            « Petite contribution à une Querelle en cours »

Quoi ! Vous écarteriez le grec et le latin
Tout en leur réservant une portion congrue,
Par crainte, pour finir, que l’on ne vous conspue
Dans votre propre camp pour ce choix béotien.

Préparez-vous alors à peser chaque mot
Quand vous argumentez vos choix iconoclastes ;
Gardez-vous de paraître en surannés scoliastes
A tenir des discours qui sentent le fagot.

Vous achetez des fleurs ? Méfiez-vous, vous allez
Décliner une rose ; et si d’un héliotrope
Vous trouvez trop abscons le nom qui l’enveloppe,
Tournesol vous pourra servir de pis-aller.

Evitez en marchant de vous prendre les pieds
Dans l’orthographe, ce tapis aux plis vétustes ;
Vous avez tant souffert des punitions injustes
Que l’on vous infligeait quand vous l’estropiiez.

Ah ! ne vieillissez pas trop vite, il vous faudra
Relever tôt ou tard de la gériatrie,
Si ce n’est pas hélas ! de la psychiatrie
Pour peu que vous cerveaux subissent un trauma.

Un huissier mandaté qu’accompagne un prévôt
Après moult courriers des plus comminatoires
Vous va faire affronter procureurs et prétoires ;
Qu’un avocat ad hoc vous sauve du cachot !

Vos lettres ont souvent besoin d’un post scriptum
Qui vous vient à l’esprit d’une façon tardive ;
Votre destinataire, au vu de la missive,
En fera bon usage ou non, ad libitum.

Curriculum vitae, agenda, memento,
De votre quotidien composent l’ordinaire ;
Les allez-vous chasser de votre dictionnaire
Au besoin par le trou de votre lavabo ?

Bref , l’intrus est partout, vivant plus que jamais,
Grec ou latin formant de vos mots la racine ;
Si l’étymologie à ce point vous chagrine,
Il ne vous reste plus qu’à renier le français !

 

Yves Letourneur – 18 mai 2015

 

Vous devez être connecté pour poster un commentaire

Date de dernière mise à jour : 19/05/2015