Nuit Debout

«Debout maintenant, mon pays et moi » Aimé Césaire

 

Stupeur ! Le Peuple existe, en vrai, grandeur nature

Un peuple candidat à son investiture

Hors système, hors partis, et presque insolemment

Qui de la République a fait son campement

De ville en ville, en une agora permanente

Multiple et fraternelle, où se cherche, où s’invente

Un autre agir ensemble au sein d’une Cité

Rendant au citoyen sa citoyenneté

Qu’un leurre électoral emprisonne et muselle

Et de l’Ordre bourgeois confortant la tutelle,

Les droits du peuple étant bien que brandis, bornés

Par des retours de gauche et de droite alternés

Au gré du Capital qui de fait tient les rênes.

 

Nuit debout, Nuit féconde aux veillées souveraines

D’un peuple se dressant pour maîtriser son sort.

Médusés, mais contraints d’en constater l’essor

Les médias dominants mobilisent en hâte

De peur que ce nocturne à la fin ne leur gâte

Les petits fours que leur réserve le Pouvoir,

Des experts patentés exhibant un savoir

De commande ajoutant aux matraques rageuses

Contre cette éclosion leurs gloses venimeuses

Préparant l’opinion à son écrasement

Qui se mijote au sein de ce gouvernement.

 

Nuit debout rameutant du peuple la mémoire

Fidèle en profondeur à ses sursauts de gloire

Sous l’apparent oubli de ses renoncements

Lorsque l’heure a sonné pour des soulèvements.

 

Nuit debout transformant en un Soleil la lune

Pour un lever d’aurore aux lueurs de Commune !

Yves Letourneur

1er mai 2016

 

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau

Date de dernière mise à jour : 07/05/2016