Injure au Panthéon

 

Déjà traître à lui-même, à ses engagements,

 

Jusqu’à l’extrême de ses honteux reniements,

 

Le voilà de surcroît à tout un pan d’Histoire

 

Ce Président borné, qui refuse la gloire

 

Du Panthéon à ces courageux résistants

 

Sans lesquels nous n’eussions chassé les Occupants

 

De notre territoire et libéré la France

 

En aidant nos Alliés à pousser leur avance !

 

 

C’est qu’ils étaient pour lui et le restent toujours

 

Des ennemis de classe, étrangers au parcours

 

Du camp qu’il représente ; un camp qu’on sait duplice

 

Et de nos jours en fait plus que jamais complice

 

Du maintien résolu de l’ordre dominant .

 

 

Donc pas question qu’une Marie-Claude Vaillant-

 

Couturier ; qu’un Missak Manouchian , ce poète,

 

Chanté par Aragon, dont s’affichait la tête

 

Parmi les vingt et deux du groupe arménien

 

Qui seront fusillés au Mont Valérien,

 

Se puissent retrouver sur la liste officielle

 

D’une célébration à ce point solennelle.

 

 

Nous en sommes au temps d’un vrai rapt d’héritage :

 

Ou de la République étant prise en otage

 

Par quelques dévoyés de droite ; ou, dans ce cas,

 

De l’honneur national par cette gauche-là !

 

 

Yves Letourneur

24 mai 2015

 

 

 

Vous devez être connecté pour poster un commentaire

Date de dernière mise à jour : 27/05/2015