Martine Billard à Massy soutien notre liste

On a débattu le 15 janvier sur !

 

«  Face à la politique actuelle du gouvernement et de l'Europe (austérité, fiscalité avec l'augmentation de la TVA...) quelles réponses du Front de Gauche et de notre liste à Massy ? »

L'ÉCOSOCIALISME, à l'échelon municipal ?

Josiane Laurent-Prévost, tête de liste "Massy, Place au Peuple",

Avec le soutien et la participation de Martine Billard, coprésidente du Parti de Gauche

Ali Azzala, Parti de Gauche - comité de Massy
Nick Barett, Gauche Anticapitaliste
Daniel Cantyn, Parti Communiste des Ouvriers de France
Tarek Ben Hiba, Fase
des citoyens & citoyennes, colistiers

Débats animés par Marie-Pierre Oprandi, conseillère municipale à Massy.

Vues partielles des participants

Img 3003

 

Img 3043

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Img 3036

 

Marie-Pierre Oprandi, colistière, membre du PG et conseillère municipale ouvre les débats 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  Img 3008Martine Billard, coprésidente du Parti de Gauche développe ce qu'est l'écosocialisme et comment dans toute ville le concept est applicable puisqu'il s'agit de concevoir tout projet sous le triple aspect de l'économie, de l'écologie et de l'humain.

 
 

 

 

 

 Img 3013Josiane Laurent-Prévost, tête de liste 

 "Notre engagement pour ces élections municipales et intercommunales a pour objectif de faire la démonstration de notre refus d'appliquer cette politique d'austérité, néfaste tant pour les administrations publiques que pour les citoyens.

 Nous voulons mettre en place la planification écologique, couplées les économies d'énergies et le développement local des énergies renouvelables.

 Prendre comme indicateur l'humain, droit au logement pour tous, accès aux soins, au sport à la culture – lutter contre la précarisation des agents territoriaux.

 Relocaliser l'activité, soutenir l'économie sociale et solidaire aider à la création de ressourcerie/recyclerie permettant la création d'emplois locaux.

 Remunicipaliser, définanciariser et déprivatiser les services publics locaux avec du personnel communal statutaire comme, par exemple, la restauration scolaire et pour celle-ci l'approvisionnement dans les filières locales biologique, en privilégiant les circuits courts, démarche pédagogique et participative avec les familles.

 Ralentir la ville pour prendre le temps de vivre, - réaménagement équilibré du territoire, stabiliser l'économie locale par le maintien des commerces de proximité

Redéfinir les besoins des massicoises et massicois en infrastructures, crèche, école, maison de retraite de qualité accessible même au petit revenu.

 Enfin et je termine. Au travers de notre programme nous sommes partisans de la sobriété mais pas de l'austérité – nous serons intransigeant quant au bien-vivre des citoyens, de tous les citoyens – l'échelon communal est celui où les citoyens ont le rôle le plus actif, développons l'implication populaire – organisons des votations citoyennes – des débats citoyens et mettons en place des budgets participatifs."

 

Nick Barrett, colistier, membre de la Gauche Anticapitaliste, présente...Img 3031La remunicipalisation de l’eau

A Massy l’eau coûté 4,18 €/m3. Nous le savons tous, elle est chère et son prix augmente constamment. Le SEDIF (Syndicat des eaux d’Ile-de-France) gère la production et la distribution de l’eau pour 4 millions en Île-de-France. En 2010, le contrat d’exploitation (production et distribution) avec Véolia Eau a été renouvelé jusqu’en 2023.

L’eau est devenue un enjeu géopolitique majeur, comme au Proche-Orient. En France les multinationales soutiennent les projets de l’exploitation écologiquement catastrophique des nappes de l’Hérault en Languedoc-Roussillon pour alimenter l’agriculture productiviste en Espagne.

Quelles sont les alternatives à l’échelle municipale ? 

L’eau en régie publique est moins chère. Entre 1999-2007 le prix de l’eau à Paris (en délégation privée) augmenta 50% de plus qu’à Grenoble (en régie publique).  En Essonne, Viry-Châtillon est sortie du SEDIF. Depuis 2011 la distribution est en régie publique et le prix de l’eau a baissé de 26%.  Véolia justifie leurs prix par l’assainissement, mais pourquoi les fuites atteignent-elles 20% (facturées aux usagers) quand à Paris (en régie publique depuis 2008) elles sont autour de 5% ? 

Nous payons les frais excédentaires des entreprises privées, c’est de l’argent qui va directement aux actionnaires. 

Véolia et Suez se vantent de la qualité de l’eau qui respecte les normes réglementaires ? Mais ces normes constituent un minimum, ne faudrait-il pas un service public de recherche sur la production et la qualité de l’eau distribuée en toute indépendance des multinationales ? 

Les élus Front de Gauche se battront pour la régie publique de l’eau pour Massy et pour l’agglomération. L’effet sur la facture serait immédiat. Et un vrai service public de l’eau, assuré par des salariés municipaux, serait un exemple de rupture plus globale avec la logique du profit sur les services essentiels auxquels tous doivent avoir droit. En bref, l’humain d’abord.

 

  Daniel Cantyn, colistiers, membre du PCOF et militant syndicaliste ligne "B" du RER, expose ....Img 3037

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Img 3050Ali Azzala, colistier, membre du PG, militant associatif sur Massy

 On entend parfois, souvent, que Vincent Delahaye, notre Sénateur-Maire, président de la communauté d'agglomération Europ'Essonne, administrateur de la SemMassy et vice-président de l’Union des maires de l’Essonne, Délégué départemental de l'UDI et peut être encore quelques mandats dans des conseils d'administration.... n'aurait rien fait.

Certes, tous les équipements structurants pour cette ville, comme la gare TGV, l'opéra, le réseau de chauffage urbain, l'incinérateur, Paul Baillart et j'en passe, ne sont pas de son fait. En revanche, on ne peut pas dire qu'il n'ait rien fait car tantôt UMP, tantôt UDI, parfois apolitique (mais toujours de droite), a été fidèle à son camp en modifiant la structure de population comme ce fut le cas à Antony avec la violence que l'on sait.

Ainsi, les données locales de l'INSEE nous assènent des chiffres qui en disent long : entre 1999 et 2009, Massy a accueilli 2000 cadres et professions intellectuelles supérieures et environ 1 millier de professions intermédiaires tandis qu'ouvriers et employés observait une légère baisse. L'augmentation de la population à Massy est essentiellement due au CSP+, public supposé voter davantage à droite, par intérêt de classe. Cette thèse est confirmée par l'évolution du nombre de propriétaires, qui passe de 38 à 45 % (soit 2000 de plus en 10 ans) tandis que les HLM passaient de 38 à 30 % (soit 450 logements HLM en moins).

Nous ne sommes pas par principe opposés à la construction de logement, bien au contraire, alors que nous en manquons à Massy comme partout en IDF. Les listes d'attente sont d'ailleurs impressionnantes pour l'obtention d'un logement social à Massy, et les délais s'expriment en année. Non, ce que nous contestons, c'est le déséquilibre entre quartiers et le manque de volontarisme à l'égard des bailleurs sociaux qui sont souvent les mêmes que les promoteurs privés. Par exemple la SNI, filiale de la caisse des dépôts a investi massivement dans les nouveaux quartiers, pendant que qu'Osica, autre filiale de la Caisse des dépôts, dédiée au HLM, abandonne Zola et Place de France. L'association des locataires de Zola se plaint régulièrement des pannes d’ascenseurs à répétition des cages d'escaliers squattées, des interphones en panne, et ce depuis des mois ! Plus largement, quelles contreparties ont été obtenues de la part des promoteurs des quartiers récents ? Y a-t-il au moins des clauses sociales ou environnementales dans les appels d'offres ? Existe-t-il un plan d'amélioration de la performance énergétique ? Y a-t-il une alternative plus propre à l'incinérateur ?

 En conclusion, il est temps de changer d'ère, de période, et de faire front aux côtés des massicois, pour faire barrage aux restrictions budgétaires décidées par l’Europe et mise en œuvre avec zèle par le gouvernement dit « socialiste ». J'en profite pour rappeler que le président du comité de soutien de l'association "Nouveau Souffle", est le président du conseil général, député, Président de télessonne ...bref lui aussi cumule : Jérôme Guedj ne s'est opposé que dans la presse au mauvais coup du gouvernement, il est « contre » mais il vote « pour » où il s'abstient, et parfois même il est absent du vote.

La liste Massy, Place au peuple, guidées par le bien vivre à Massy en cohésion les résolutions prises dans nos ateliers participatifs est animée par une équipe d'un volontarisme sans faille. Nous ne menons pas de carrière personnelle, nous ne nous compromettons pas pour quelques postes hypothétiques. 

  • Pour une meilleurs cohésion entre quartiers,
  • pour + de protection de l'environnement,
  • pour + santé à un moindre coût,
  • pour + de démocratie locale
  • pour + de pouvoir d'achat à travers la municipalisation des services publics
  • pour la défense des intérêts du plus grand nombre des massicois.

  Les 23 et 30 mars, utilisez le bulletin « Massy, Place au peuple ».

Img 3060Cécile Cohen, membre du PG, enseignante, militante association à Massy.

Cécile fait un pré-bilan des travaux des 5 ateliers participatifs qui se sont déroulés depuis la mi-novembre.

Après avoir défini "nos valeurs", celles qui nous unissent, la liberté, l'égalité, la fraternité et l'intérêt général les participants ont défini ce qui existe à Massy,  ce qui existe de bien ailleurs et ce que l'on voudrait. Puis des mini-commissions ont décliné le réalisable à court et moyen terme et les priorités.

De ces travaux, l'atelier 6 (le 28 janvier) établira un "projet de programme", le 7ème (12 février) "porté par qui et comment", pour conclure par le 8ème (25 février) sur "Comment faire avec l'Europe ?"

Cette forme d'atelier, préfigure le type de rencontre-participation que nous voulons mettre en place sur Massy, telle la volonté exprimée par Josiane Laurent-Prévost au nom de notre liste " développons l'implication populaire...des débats citoyens et mettons en place des budgets participatifs."

 

 

 Img 3070L'ouverture sur l'Europe était incarnée par la présence de notre ami Vangelis du parti grec SIRIZA qui nous a exposé la siituation dramatique où son pays et le peuple grec se trouvent après que les forces politiques de droite soutenus par les pseudos partis dit de gauche ont appliqués les consignes de Bruxelle.

 

 

 

 

 Avec la participation de : Didier Sollier, membre du PCOF ; Alain Lamour Co-secrétaire PG 91 ; David Amar, collectif anti-gaz de schiste 91... les citoyens/citoyennes qui ont fait la démarche de venir s'informer.

Etait excusé Tarek Ben Hiba, colistier (Fase), retenu par ailleurs.

Img 3074

 

Et notre camarade Philippe Juraver, qui assume la lourde responsabilité de directeur de notre campagne.

Date de dernière mise à jour : 27/01/2014