Ligne B du RER

Témoignage d'un syndicaliste

LE TRANSPORT COLLECTIF I.D.F.

 

  1. Le réseau existant

  2. La création du Grand Paris

  3. La Mégapole du Grand Paris dite Métropole GP

 

  1. Le réseau existant Métro, RER, Bus de surface, souffre d’un manque d’investissement historique et de surcroît, ne suit pas la montée en charge régulière liée au surpeuplement de notre région IDF.

Poumon économique de la France, la Région francilienne est le théâtre, depuis des années, de proliférations anarchiques de constructions immobilières à but lucratif, saturant toujours plus les infrastructures existantes !... Ainsi, en 10 ans, la ligne B du RER a transporté 35% d’usagers supplémentaires.

Le STIF, l’autorité organisatrice en IDF. a, à sa charge depuis la décentralisation, de gérer les transports collectifs, mais manque cruellement de moyens pour répondre aux besoins... Ainsi, le STIF adapte l'offre de transport au coup par coup, en grignotant toutes les marges de manœuvre possibles mais conduisant à la saturation des réseaux avec son lot d'irrégularités, retards, pannes...

Pour preuve, les investissements nécessaires sur la ligne B du RER sont repoussés aux calendes grecques !

  • Cette ligne B de près de 80km qui traverse l'IDF Nord/Sud partage un tunnel commun avec la ligne D du RER provoquant, lors d'incidents, la paralysie des 2 lignes !... Aberration du sous investissement d'au moins 20 ans... Il faut investir dès à présent dans le creusement d'un second tunnel pour que les lignes B et D soient indépendantes, afin de supprimer cet entonnoir et mettre fin aux irrégularités, retards...

  • L'autre anomalie sur la ligne B : celle-ci ne dispose que d'un seul atelier de maintenance situé au Sud de la ligne à Massy. Ce besoin d'une autre infrastructure au Nord est revendiqué depuis presque 10 ans par les agents RATP du site, mais le STIF ne prévoit sa construction que pour 2024 !!

En attendant, la situation s'aggrave tant pour les usagers que pour les salariés, contraints au travail de nuit, en dehors des heures de circulation des trains, conséquence de la saturation de l'atelier de Massy !

  1. Le réseau Grand Paris annoncé en 2009, en pleine crise financière, ce projet a fait figure d'une ambition « pharaonique » qui a d'abord pour objet de répondre aux intérêts des monopoles privés et à relier entre eux les pôles financiers, de recherche, ou encore d'excellences ?! Même si à la marge, le tracé a été revu, suite à l'intervention d'élus locaux, il reste un gros point noir, son financement ! Au regard de l'enjeu, ce besoin fondamental qu'est le transport, avec près de 10 millions de voyageurs quotidiens, doit être une priorité politique de répondre en premier lieu à l'intérêt et aux besoins des usagers populaires...

Le coût exorbitant du Grand Paris, estimé à plus de 30 milliards d'euros, risque d'hypothéquer l'avenir du réseau existant, d'autant que ce ne sera pas la puissance publique de l'Etat qui le financera, mais les banques privées qui prêteront, sous forme de crédits... pour ainsi se faire de l'argent sur le dos du contribuable francilien !! Encore plus de financiarisation du système...

Mais déjà, fin 2013, tous les spécialistes des réseraux ferrés s'accordent pour annoncer un retard de 10 ans sur sa réalisation finale, prévue bien après 2030, pour justement des soucis de financements !... Ainsi les usagers quotidiens, mais aussi les Franciliens dans leur ensemble, apprécieront de payer un Grand Paris Express qu'ils n'emprunteront que dans 15 ou 20 ans ?? Alors qu'ils souffrent tous les jours du manque de moyens sur leurs vieux mode de transports.

 

  1. La Metropole Grand Paris

Ce projet est une énorme réforme territoriale qui a pour but de concentrer les pouvoirs de décisions et les moyens financiers au cœur d'une structure hypercentralisée. L'argument avancé par les auteurs libéraux affichés est de faire des économies de fonctionnement en gommant les frontières entre communes, voire départements ! Mais à quel prix ?

Le projet est pensé sur des bassins de population d'au moins 300 000 habitants, les communes et départements seront absorbés et une partie de l'impôt leur sera subtilisé pour les travaux d'Intérêts Généraux décrétés par la superstructure MGP !!

Les élus locaux seront dépossédés d'une partie de leur pouvoir et seront donc relégués aux décision de la MGP !

Pour conclure, afin d'éviter tout débat citoyen sur le sujet, et de fait, éviter toutes contestations, le gouvernement prévoit de modifier la loi par ordonnance !...

Il est temps que les citoyens s'invitent au débat et qu'ils décident enfin de leur avenir... Alors, avec le Front de Gauche, le transport est un besoin fondamental, comme les ressources naturelles, l'eau, les énergies, et doit demeurer un bien commun... échappant aux intérêts privés, pour un service public de qualité au meilleur coût...

 

Daniel

Daniel  Front de Gauche PCOF

 

 

 

Voir aussi "le RER B et son cauchemar"

Vous devez être connecté pour poster un commentaire

Date de dernière mise à jour : 06/03/2014