NDDL, résistance !

François Hollande avait pourtant promis qu'i| n‘y aurait pas d'expulsion des habitants et agriculteurs avant la fin des recours juridiques. Mais Aéroport du Grand Ouest (c’est a dire Vinci) a relancé la machine judiciaire en début d'année, forcément avec l'aval de l'État. En demandant le départ des derniers agriculteurs et habitants sous astreinte importante,AGO veut asphyxier la lutte et faire place nette pour démarrer les travaux. Qu'importe que la justice n'ait pas tranché définitivement sur la question de la destruction de la zone humide et des espèces protégées qui y vivent. Qu'importe que la France ne respecte pas certaines directives européennes.

Qu'importe que la Ministre de |'Écologie ait désormais sur son bureau trois rapports scientifiques qui demandent de ne pas détruire le bocage de Notre Dame des Landes. Qu'importe que les opposants aient démonté un a un les arguments fallacieux qui ont justifié la Déclaration d'utilité publique du projet et qu'ils aient proposé une alternative sérieuse et moins coûteuse pour tous. Le gouvernement a fait le choix du mépris et de la force : silence sur la contre-expertise citoyenne, poursuite des procédures, répétition à l'envi des mensonges, assimilation des opposants a des radicaux violents... et bien sûr appel au nécessaire respect de |'État de droit ! Le discours est bien huilé, la stratégie claire : il faut éradiquer « le kyste » de NDL et montrer la fermeté du gouvernement.

On aurait pu croire que la nécessité de répondre à la crise climatique et écologique change la donne.

Surtout après la COP 21, on aurait pu croire que la mort d'un jeune à Sivens provoque une réelle prise de conscience sur les carences du débat public, on aurait pu croire qu' « en guerre contre le terrorisme »  le gouvernement ait autre chose à faire que lancer les travaux d'un aéroport inutile, coûteux et destructeur. Il semble malheureusement que ce ne soit pas le cas.

Face à cette obstination coupable, nous continuons à résister ici pour empêcher l'irréversible. Notre désobéissance a un sens : l'intérêt général, la préservation des terres et de la biodiversité, une agriculture responsable, un futur possible et différent pour tous. Mais nous avons besoin d'être soutenus partout en France pour établir un rapport de force favorable et faire reculer un Premier Ministre « va t-en guerre ». La lutte de NDL est hautement symbolique. ils le savent la-haut. Mais nous le savons aussi, et c'est pourquoi nous ne renoncerons pas.

Françoise Verchère

Coprésidente du CéDpa, collectif d'élu-e-s opposés au projet de NDL

Date de dernière mise à jour : 15/01/2016