Offensive contre le mal-logement

Extrait de "L'Heure du Peuple" n° 1513 du 10-02-17

Inquiétant constat que celui de la Fondation Abbé Pierre dans son 22ème rapport sur l’état du mal-logement en France.

Tous les indicateurs sont au rouge : 143 000 personnes sont sans abris, 643 000 autres sont hébergées de façon contraintes chez un tiers tandis que plus de 5 millions vivent dans un logement surpeuplé. Au total, la Fondation Abbé Pierre comptabilise 15 millions de personnes touchées par la crise du logement. C’est 5 millions de personnes de plus qu'en 2010. Le phénomène s’étend de plus en plus au point de toucher de larges parties de la population. Ainsi, un ménage sur cinq souffre du froid dans son logement alors qu‘ils n'étaient qu'un sur dix en 19%. En cause : augmentation de la privation volontaire de chauffage pour des raisons financières. Autre manifestation, la part du revenu que les familles dépensent pour se loger atteint un tiers en moyenne chez les locataires du secteur privé. Pour les plus pauvres, c'est plus de la moitié.

Au cours de son exposé, Christophe Robert, délégué général de la Fondation Abbé Pierre, a été particulièrement sévère avec le bilan du quinquennat en matière de logement : faible production de logements sociaux, reculades face aux lobbys ou rabotage des APL.

Le rapport qui ne reste pas aux constats, présente de nombreuses propositions. Ainsi, pour atteindre l'objectif « zéro sans-abris >>, elle suggère de sortir du paradigme de l'urgence et de construire massivement des équipements qui permettent un accompagnement et une réinsertion des personnes. Elle met également |'accent sur la nécessité absolue d'investir pour bâtir des logements vraiment sociaux, alors que les logements intermédiaires constituent encore une part trop importante des constructions nouvelles. Pour faire face aux besoins immédiats, le rapport propose aussi de mobiliser les logements privés vides à des niveaux de loyers équivalents à ceux des logements sociaux.

Enfin, en termes de régulation elle met en avant une extension de l'encadrement des loyers et la mise en place d'une véritable sécurité sociale du logement. Cette dernière proposition, reprise par La France lnsoumlse dans son programme et longuement développée par Jean-Luc Mélencbon à la tribune de la Fondation, consiste en une assurance collective pour couvrir les impayés de loyer. Cette nouvelle protection collective permettrait, selon la Fondation, d'éviter les expulsions et de supprimer le cautionnement pour les locataires.

Antoine Salles

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau