Le plan B

Extrait de « L’heure du Peuple » n° 1504 du 25/11/2016

Le troisième sommet du plan B se tenait samedi 19 et dimanche 20 novembre à Copenhague. Élus, universitaires, syndicalistes, partis et mouvements sociaux porteurs d'une alternative à l‘Union européenne se réunissaient autour de la stratégie « plan A /plan B » : négocier pour réorienter l'Union européenne, se préparer à rompre avec elle si les négociations échouent.

La particularité du Danemark est a souligner : il est plus petit, moindre contributeur, moindre récipiendaire du budget européen, et sa population est très critique à l'égard de l'intégration européenne (refus de Maastricht par référendum). Le Danemark se trouve dans une situation d'opt-out sur plusieurs traités européens, c'est-a-dire que ses gouvernements ont négocié des dérogations au cas par cas. L'euro, par exemple, y fait l'objet d'une mesure d'exemption défendue pied à pied par les Danois afin de garantir leur souveraineté monétaire.

A côté de L'Alliance Rouge-Verte qui a organisé ce sommet, plusieurs organisations scandinaves étaient représentées en force, de Suède, de Finlande, ou de Norvège. Les Islandais étaient excusés, après leur récente percée aux législatives... qui les amène à participer aux négociations du futur gouvernement.

Avec ce sommet, l’espace politique des 21 pays représentés s'est élargi et a gagné en cohérence. L'avis général est que l'UE avec ses traités actuels est impossible à réformer. Une voie de bifurcation doit donc être ouverte d'une manière ou d'une autre pour la changer radicalement ou en sortir. Jean-Luc Mélenchon a ainsi été invité à ouvrir le sommet. Sa candidature a été présentée comme l'espoir de l’arrivée prochaine au pouvoir, dans un pays membre, de partisans d‘un plan B ferme et résolu.

Sur l'exemple du Forum de Sao Paulo, ce cadre collectif commun ambitionne de réunir celles et ceux qui veulent gouverner en sortant des traités européens actuels.

Le prochain sommet se déroulera a Rome en mars 2017. Il sera important a trois titres. D'abord, il commémorera a sa façon le soixantième anniversaire de l'Union - le Traité de Rome de 1957. Ensuite, il se déroulera a la veille des élections présidentielle et fédérale en France et en Allemagne, et au moment des discussions parlementaires autour du traité de libre-échange avec le Canada. Enfin, y sera développé des réponses techniques dans le domaine bancaire et fiscal, propres a équiper un gouvernement résolu à négocier avec un plan B en poche.

Hadrien Toucelet

A savoir plus sur le blog suivant de JLM, je clique

 

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau

Date de dernière mise à jour : 26/11/2016