Analyse : Le peuple a parlé

Extrait du n° 1524 du 28.04.2017 "L'Heure du Peuple"

Les résultats du 1er tour dessinent quatre blocs politiques sans que se dégage une quelconque majorité politique cohérente en vue du second tour. Macron et Le Pen ne totalisent que 45 % des suffrages exprimés au 1er tour, et à peine 35 % des inscrits sur les listes électorales, soit prés de 10 points de moins que Hollande et Sarkozy à |'issue du 1er tour en 2012. 65 % des citoyens ne sont donc pas représentés de fait au second tour. Et prés de 80 % des électeurs n‘auront pas voté au 1er tour pour le candidat qui concentrera l'essentiel des pouvoirs quand il sera élu. S'approfondit ainsi le déni démocratique que représente la monarchie présidentielle de la 5ème République.

22 % d'abstention

L’indécision supposée des citoyens-ne les a pas empêchés de se déplacer massivement (78 % de participation), en tout cas plus que ne le croyaient les sondages. L'abstention augmente toutefois en continue depuis la présidentielle de 2007 (16 %) pour atteindre en 2017 son troisième niveau le plus élevé de la 5ème République. Autre symptôme d'une crise politique multi-facettes, les bulletins blancs et nuls atteignent leur niveau le plus élevé depuis 2002, à 2,6 % des votants. Cette progression latente connaît une exception localisée dans les quartiers les plus riches et conservateurs ou l'abstention recule par rapport à 2012, parfois fortement comme dans |'0uest parisien, signe apparent d'un sursaut isolé en faveur de François Fillon. En dehors de ces exceptions, les écarts de participation entre les quartiers riches et les quartiers populaires tendent à se resserrer au profit de ces derniers, signe de la mobilisation d'abstentionnistes notamment permise par la campagne de la France insoumise.

Les Partis de la 5ème République balayés

Les partis piliers de la 5ème République que sont le PS et LR ont été balayés par les électeurs. La droite LR connaît l'humiliation d'être éliminée dès le premier tour d'une présidentielle pour la première fois dans l'histoire de la 5ème République. Quant au PS, il obtient avec Benoît Hamon et 6,3 % un résultat aussi insignifiant que son ancêtre SFIO en 1969 avec Gaston Deferre. Benoît Hamon voit son score divisé par cinq par rapport à celui du PS en 2012. Il arrive seulement quatrième dans sa circonscription. Le PS arrive même en tête dans moins de commune que Jean Lassalle.

Le score cumulé du PS et de LR, en voix comme en pourcentage des inscrits, est divisé par deux par rapport à 2012 : 9,5 millions de voix contre 20 millions en 2012. Il ne représente qu’un électeur sur quatre s'étant exprimés contre un sur deux en 2012. Pire, seuls 19,98 % des électeurs inscrits ont fait le choix d'un de ces deux partis, c'est-à-dire que quatre électeurs sur cinq leur ont tourné le dos. Et cette double débâcle est très homogène territorialement puisqu’aucun de ces deux partis n’arrive en tête dans 30 000 des 36 000 communes que comptent le pays malgré leur très grand nombre d’élus locaux.

Marron. fragile cache-misère

Que les principaux leaders du PS et LR aient cherché à s'accrocher à la bouée Macron dès 20h dimanche 23 avril ne doit pas faire illusion. Car le vote Macron est un canot de sauvetage bien frêle pour les tenants du système et des traités européens. En effet, le cumul des scores LR, PS et Macron est très loin du total UMP, PS, Bayrou de 2012 et même inférieur au seul total Ul\/|P-PS. Cette « grande coalition » en gestation rassemble 18 millions de voix contre 23 en 2012, 50 % des suffrages exprimés contre 65 %, et 38 % seulement des électeurs inscrits contre un sur deux en 2012. La qualification pour le second tour du champion de la caste ne doit pas faire oublier que la base sociale et politique de « la seule politique possible » s’est considérablement rétrécie.

Le Pen échoue à arriver entête

Les sondages avaient annoncé pendant des mois que Marine Le Pen serait en tête de l‘élection avec des scores frisant les 30 % selon certains instituts, comme le FN l‘avait été aux européennes de 2014 et aux régionales de 2015. Avec 21 % des suffrages exprimés, le FN voit ainsi sa progression atténuée parla participation civique, loin de ses scores de 25% aux européennes et 28 % aux régionales, deux scrutins à forte abstention. Le FN progresse néanmoins de 850 000 voix par rapport à son record du second tour des élections régionales. Bien qu'il consolide son avance dans le nord, l‘est et le sud-est de la France et qu'il s'ancre dans les territoires ruraux et périurbains, son avance est fortement contestée parla France insoumise. Ainsi, au niveau national, Jean-Luc Mélenchon a vu son écart avec Le Pen réduit des trois-quarts par rapport à 2012 (de 7 points à moins de 2 points cette année et de 2,4 millions de voix à 620 000). Dans des départements populaires comme le Pas de Calais, le Nord et les Bouches du Rhône, Jean-Luc Mélenchon passe ainsi devant Emmanuel Macron et représente la principale force capable d'affronter le FN. Dans les Bouches du Rhône,Jean-Luc Mélenchon progresse même deux fois plus vite que le FN par rapport à 2012, au point d'arriver en (têteà Marseille, où le FN était pourtant la 1ère force politique lors des régionales de 2015. Une forme de reconquête civique est ainsi engagée face à l'extrême droite grâce au vote pour la France insoumise. En Seine Saint Denis, la progression du FN est même totalement stoppée puisque Marine Le Pen y fait exactement le même score qu'en 2012 (13,5 %) tandis que Jean-Luc Mélenchon double son score en passant de 17 à 34 %.

Une percée spectaculaire de la France Insoumise

Le résultat de Jean-Luc Mélenchon montre une progression historique, avec un quasi-doublement de son score par rapport à 2012. Cest évidemment la progression la plus importante de tous (les candidats, loin devant celle de Marine Le Pen par exemple. Jean-Luc Mélenchon obtient ainsi près de 20 % des suffrages (19,6 % exactement), en hausse de 8,5 points par rapporta 2012. Il dépasse les 7 millions de voix obtenues, soit trois millions de plus qu'en 2012. Au total, Jean-Luc Mélenchon rate la qualification pour le deuxième tour de seulement 1,72 points et 620 000 voix, soit environ 10 voix par bureau de vote.

Jean-Luc Mélenchon arrive en tête dans 7 départements, quatre outre-mer (Saint-Pierre et Miquelon (35,5 %), Martinique (27 %), Guyane (25 %), Réunion (24,5 %)) et trois en métropole (Seine-Saint-Denis (34 %), Ariège (27 %), Dordogne (23 %)) contre aucun en 2012. Au total, il dépasse les 20 % des suffrages exprimées dans 40 départements du pays. Dans les 0utre-mer, la progression est particulièrement spectaculaire puisqu'en 2012, Jean-Luc Mélenchon ne dépassait pas les 8 % des suffrages exprimés hormis à Saint-Pierre et Miquelon (15 %à l'époque). Le candidat de la France insoumise arrive en tête dans 3 465 communes dans toute la France, des communes au profil très divers. C'est le cas dans plusieurs des principales villes du pays. Il est ainsi premier à Montpellier (31,5 %), Lille (29,9 %), Le Havre (29,8 %), Toulouse (29,2 %), Grenoble (28,9 %) Avignon (28 %), Saint-Etienne (25 %) Marseille (25 %) ou Nîmes (24 %). Même la où il n'est pas en tête, la progression est très forte comme à Nice (+8 points à 17 %), Le Mans (+9 points à 22 %) Brest (+10 points à 23 %) ou Bordeaux et Lyon (+11 points à 23 %).

Mais il obtient aussi des résultats excellents dans plusieurs villes populaires de la banlieue parisienne (Gennevilliers avec 47 %, La Courneuve 44 %, Montreuil 40 %...) ou de l'agglomération lilloise (Roubaix 36 %, Tourcoing et Villeneuve d'Ascq 28 %) par exemple. Il est également premier à Evry (35 %) fief de l'ancien Premier ministre Manuel Valls qui avait appelé à voter pour Emmanuel Macron. Autre symbole, Jean-Luc Mélenchon vire aussi en tète à Notre-Dame des Landes, lieu du projet d'aéroport contesté près de Nantes, où il obtient 30 % des voix contre seulement 15 % et la quatrième place en 2012.

Mais Jean-Luc Mélenchon décroche aussi la première place, parfois avec des scores dépassant les 65 %, dans un chapelet de communes rurales et montagnardes allant de l'Ariège aux Hautes-Alpes en passant par l'Aude, le Haut-Languedoc, les Cévennes, |'Ardèche, la Drôme et les Alpes de Haute-Provence, preuve d'un électorat aux multiples facettes.

D'un point de vue sociologique, les enquêtes d'opinion montrent également à la fois un renforcement et un élargissement très fort du vote pour Jean-Luc Mélenchon. ll arrive en tête chez les jeunes avec environ 30 % des voix chez les 18-24 ans soit le double de 2012 où il était à égalité avec Marine Le Pen et derrière Nicolas Sarkozy et François Hollande. Même score et même configuration chez les chômeurs. Il obtient également entre 22 et 24 % des voix des employés et ouvriers.

Dossier réalisé par Matthias Tavel et Laurent Maffeïs

 

Des insoumis au 2ème tour des législatives dans 78 % des circonscriptions ?

Dans 451 des 577 circonscriptions législatives, Jean-Luc Mélenchon dépasse le seuil de 12,5 % des électeurs inscrits. Or aux élections législatives, ce seuil permet de se qualifier pour le deuxième tour quelque soit son ordre d'arrivée au premier tour, le cas échéant en triangulaires où quadrangulaires. Bien sûr, la différence de participation entre la présidentielle et les législatives rend cette projection difficile.

Mais nul doute que les Insoumis y trouveront des raisons d’axer leur campagne sur la mobilisation des électeurs Mélenchon en vue du scrutin du 11 juin, notamment dans les 67 circonscriptions où Jean-Luc Mélenchon est arrivé en tête le 23 avril.

 

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau

Date de dernière mise à jour : 29/04/2017